ANA VDV

Retour à la liste

Ajouté le 11 sept. 2020

E-commerce ?


Crise sanitaire, E-commerce et Art ?

Le rapport Art Basel UBS, publié mercredi 9 septembre, est formel : au niveau mondial, les galeries accusent une perte moyenne de 36 % de leur chiffre d’affaires. 

Booster sa présence numérique,serait donc la solution pour les galeries ? 

Au premier semestre, les transactions en ligne ont représenté 37 % de leur chiffre d’affaires – contre 10 % en 2019. 

Toujours pour l'année 2019, le rapport Art Basel-UBS évaluait les transactions digitales à seulement 9 % des ventes mondiales.

Conséquence du Covid 19, la plupart des galeries d’art consentent à des rabais de 20 % à 40 % cherchant ainsi à dégager de la trésorerie, la galerie Loeve & Co propose ainsi des prix avant et post-Covid.

Le Comité professionnel des galeries d’art a réalisé une étude auprès de ses 279 galeries adhérentes afin d’évaluer l’impact de la crise sanitaire du Covid-19 sur leur économie à court et moyen termes : un tiers des galeries pourraient fermer leurs portes dans les douze prochains mois. 

Des artistes en danger ?

L’absence de ventes et le risque de fermeture des galeries ont un impact direct sur les artistes. 

Une galerie représente en moyenne 23 artistes, ce qui équivaut, uniquement pour l’ensemble des galeries du CPGA, à 6 515 artistes, dont 92 % d’artistes vivant·e·s qui dépendent donc directement des revenus des ventes en galeries.

Quid de la situation des artistes indépendants ?

Il est devenu indispensable pour un artiste d'être présent en ligne (réseaux sociaux, site internet, ...) d'autant plus s'il souhaite générer des revenus. Mais être présent sur internet ne vous garantie pas de vendre, pour cela il faut avoir une stratégie E-commerce !


point-forts-site-ecommerce-xl.jpg


2020 s’annonçait pour moi comme une année faste ! Deux expositions estivales, un festival au Maroc, une exposition à l'automne ... Mais la crise sanitaire est passée par là : annulations et reports à 2021. 

Pour de nombreux artistes, pas d’expos, pas de foires, pas de vernissages... et donc, pas de ventes.  

Enfant de la pub, j'ai une vision très "marketing" de mon art, et j'aborde sans problème des sujets tabous chez beaucoup d'artistes : les ventes, la publicité, l'E-commerce, ... Non seulement je n'éprouve aucune gêne à monétiser mon art mais j'en tire une grande fierté !

Je savais depuis l'adolescence qu'un jour je vivrais de mon art, que mon nom d'artiste serait ma marque et un travail à plein temps. 

Cette crise sanitaire a été l'occasion d'améliorer ma stratégie commerciale en ligne.

J'avais en tête depuis un moment de proposer à mes clients une expérience transparente avec des retours d'acheteurs. C'est maintenant possible via la Page Google ANA VDV

_

contact@anavdv.com 

 

ArtQuid
Créé avec Artmajeur